Notre Actualité

Salon de Pont-l'Evêque

Salon de Pont-l'Evêque

Nous vous attendons au Salon des Antiquaires de Pont l'Eveque du 26 au 29 mai 2022 de 10h à 19h. Des invitations sont disponibles sur demande.

Article Ouest France

Article Ouest France

Après le succès remporté lors du Salon de Noël, la plupart des 35 exposants se sont retrouvés depuis vendredi pour le Salon d’hiver à Pont-l’Évêque.

Ils proposent quelque 600 m² d’exposition de jolies choses dans différents domaines… leur qualité et leur authenticité en font la renommée des salons orchestrés avec soin par Michel Lepaisant, président de l’Union commerciale industrielle et artisanale (UCIA) de Pont-L’Évêque.

Carré Hermès, caves à liqueur, dentelles…

Laurette expose sa collection de plus de 200 carrés Hermès.

En face de son stand, il y a celui des « Antiquités Saint-Christophe » tenu par Christophe Métral. « Je suis la troisième génération, j’ai repris l’entreprise familiale depuis 1994. Je me suis spécialisé dans le mobilier XVIIIe et XIXe siècles, ainsi que les porcelaines normandes de Bayeux, Caen, Valognes et Isigny. J’ai amené plusieurs cartonniers (meubles de bureau) et autres jolis meubles que je trouve dans les successions », indique l’antiquaire qui a participé pendant un moment à l’émission Affaire conclue diffusée sur France 2 et présentée par Sophie Davant. « Beaucoup de personnes sont venues ensuite me rendre visite dans mon magasin au Le Merlerault, j’ai arrêté pour l’instant, ce n’est pas un métier. »

Sous le chapiteau chauffé, on retrouve Hortense Fortin, qui est ébéniste restauratrice à Caen « j’exerce ce métier depuis onze ans, je propose au public des caves à liqueur, restaurées avec du poirier noirci, du bronze ; du laiton et des écailles de tortue. J’ai amené aussi une table d’apparat Napoléon III. »

Au détour du Salon, si vous avez envie de dentelles ou de beaux draps brodés, il faut aller rendre visite à Lily et Gilbert Delage, ou pourquoi pas des livres anciens, pas de problème, ils sont au stand de Jean Vinitzky à l’entrée du Salon ; les objets de curiosités de Martine et de Kyang sont présents tout comme les luminaires, l’argenterie et l’art de la table de l’antiquaire Dominique Novakoski, Hervé et Sylvie Viot exposent les objets et les petits meubles en bois décoratifs… Les arts de la table ; vêtements : meubles ; peintures linges, bibelots… sont aussi à découvrir.

 

 

Article Reveil Normand

Article Reveil Normand

Christophe Métral ne travaille pas. Du moins il n’en a « pas l’impression », tant son métier le passionne.

Ce fils et petit-fils d’antiquaires a repris l’entreprise familiale en 2004. Celle-ci est hébergée dans un relais de poste entièrement restauré datant du XVIIIe siècle, au numéro trois de la route Granville, parcourant Le Merlerault (Orne) dans sa longueur.

Un héritage familial

La boutique a été inaugurée en 1969 par les parents de l’antiquaire, métier que son grand-père exerçait à Paris, en parallèle de l’activité d’ébéniste.

Depuis, le lieu, et surtout les objets qui le meublent, a évolué. « C’est un peu moins rustique maintenant », décrit-il en présentant les centaines de bureaux, tableaux, luminaires et autres témoins du temps disponibles à la vente, et au regard des curieux.

L’une de ses spécialités est la porcelaine normande. « C’est ma touche, on est deux ou trois à faire ça en Normandie. La dernière manufacture a fermé dans les années 50 », rappelle le collectionneur, qui ne rajeunit pas sa collection.

La plus précieuse des porcelaines locales présente dans sa collection est celle de Bayeux, dont il vante volontiers la finesse à qui veut la voir.

La cité médiévale du Calvados était une manufacture impériale, dont le travail n’est pas apprécié qu’à la table de Christophe Métral, mais aussi à l’Elysée. Le général de Gaulle avait reçu un service complet, que le locataire du palais a laissé au patrimoine national.

Affaire conclue

En 2019, l'antiquaire participe a l'émission "Affaire Conclue", qui réunit plus d’un million de téléspectateurs sur France 2, chaque après-midi. Il enregistre seize émissions, une expérience plaisante, mais chronophage.

« Ça a fait venir des gens au magasin, surtout ceux qui avaient des choses à vendre », se souvient-il. La majorité des objets présentés à son œil expert étant du XXe siècle, l’acheteur est peu séduit, il est en effet spécialisé, en plus de la porcelaine de Bayeux, dans le mobilier français des XVIIIe et XIXe siècles.

Ses clients sont très divers, ils vont des passionnés d’objets anciens aux jeunes chineurs qui cherchent à incorporer des meubles historiques dans leur décoration moderne.

« La clientèle classique est toujours là et existera toujours. En termes de clientèles on a de tout », confie le passionné. L’exode urbain de nombreux parisiens suite au confinement a notamment amené une nouvelle clientèle au magasin merlurien.

L’antiquité fait peau neuve

Entre l’achat d’objets et sa revente à des particuliers, vient souvent l’étape de la restauration de celui-ci.

A quelques mètres du magasin de Christophe Métral, se trouve l’atelier ou Michael Lopandia, ébéniste de formation remet les antiquités au goût du jour.

« Là je travaille sur une bibliothèque, je fais la finition. Je l’ai démonté complètement pour la refaire. On fait des greffes sur des vieux meubles, c’est un jeu de patience », confie l’artisan, fier du travail qu’il accomplit sur les meubles en bois massif.

Salarié depuis 18 ans, arrivé au Melerault par hasard après une annonce pôle emploi, le travailleur confie ne pas avoir « l’impression de travailler, mais bon je demande un salaire quand même » ironise-t-il. « Le lundi je suis content de revenir ».

Partageant la même passion, Michael Lopandia et Christophe Métral constatent tous deux qu’ils se demandent toujours ce qu’ils vont découvrir, et qu’en somme, « il n’y a pas de routine »

Article Reveil Normand

Article Reveil Normand

Antiquaire au Merlerault, Christophe Métral fait partie depuis peu de la bande des acheteurs de l'émission Affaire conclue sur France 2

Animée par Sophie Davant, l’émission à succès Affaire conclue, tout le monde a quelque chose à vendre, cartonne tous les après-midi vers 16 h sur France 2, rassemblant quelque 2 millions de téléspectateurs et plus de 20 % de part d’audience. Récemment, le groupe d’acheteurs, des antiquaires ou brocanteurs professionnels, s’est étoffé d’un petit nouveau, Christophe Métral, propriétaire du magasin Antiquités St-Christophe situé route de Granville au Merlerault (Orne).

« Quelqu’un de la Warner m’a démarché lors d’un salon », indique Christophe Métral. Selon la rumeur, « le chasseur d’antiquaires » aurait été séduit par le stand du Merlurien, à la décoration particulièrement soignée.
Dix émissions enregistrées
Une vraie surprise pour cet homme discret, pas coutumier des feux de la rampe. « J’ai hésité avant d’accepter puis je me suis dit que ça pourrait être une expérience intéressante. » Il fallait aussi trouver un créneau qui soit compatible avec son emploi du temps chargé. « Je fais une vingtaine de salons par an et je suis engagé un an à l’avance », explique-t-il. La production a fait en sorte de s’adapter à ses impératifs.

Christophe Métral a donc enregistré dix émissions en deux jours – de 7 h à 19 h ! – qui seront diffusées jusqu’au 12 avril 2019.

C’est un peu surprenant au début. Il faut apprivoiser les caméras. La télévision, c’est un métier. »

Pas facile de s’intégrer dans un groupe déjà bien rodé mais l’accueil a été sympathique. Il avoue un faible pour la blonde Alexandra Morel et la brune Leticia Blanco, les deux femmes de son groupe.
Large choix d’objets
Confidentialité oblige, l’antiquaire ne fait pas état de ses achats, excepté un chauffe-bain du XIXe siècle acquis lors de sa première émission diffusée le 26 février 2019.

« On avait la baignoire qui allait avec ».

Un coup de chance, les acheteurs n’étant jamais au courant des objets qui leur seront présentés, et il y a de tout dans cette émission.

3e génération d’antiquaires
Chez les Métral, Christophe représente la 3e génération d’antiquaires, spécialisés dans les meubles des XVIIIe et XIXe siècles et les porcelaines de Bayeux. Sa touche personnelle.

Après des études de droit et d’histoire de l’art, il s’est éloigné quelques années de la tradition familiale en intégrant l’Éducation nationale mais « le goût du meuble » a été le plus fort. Depuis, il n’a plus quitté cet univers et se partage entre sa boutique du Merlerault (ouverte depuis 1969), les salons normands dont celui de L’Aigle (61), les salles des ventes, les expertises et son atelier de rénovation. Une saga qui pourrait bien se poursuivre avec sa fille Ophélie, 22 ans. « C’est elle qui gère le site Internet », annonce-t-il, non sans fierté.

A ce jour, Christophe Métral ne sait pas encore si l’aventure d’acheteur à Affaire conclue va se poursuivre.

« Je n’ai pas de planning pour l’instant. On verra bien ».

Quelle que soit la suite, l’expérience aura été, sans aucun doute, concluante

Affaire conclue

Affaire conclue

Nous avons participés à l'émission Affaire conclue durant 10 émissions, vous pouvez nous retrouver en replay sur France2 replay